Embarquez avec nous vers le bas carbone

LRE met le casque à l’invitation de l’association «  Novabuild » pour investir le chantier de l’école du Coudray afin d’illustrer le thème de cette nouvelle émission consacrée aux initiatives  « bas-carbone ».


 

Est-ce une opportunité de réduire le niveau d’émission de gaz à effet de serre tout en haussant le niveau de résilience des entreprises qui assiste à notre émission co-produite par ses adhérents? A vous d’en juger?

 

 

C’est La Ville de Nantes qui a ouvert la matinée en expliquant son choix d’une démarche résolument écologique appuyée sur une maîtrise d’ouvrage appropriée : « L’utilisation de matériaux bio-sourcés est un élément-clé mais pas seulement. Il faut être attentif à tous les détails d’un appel d’offres pour atteindre notre objectif in fine. » a résumé  Laurence Picard avant de laisser les professionnels s’exprimer.

 

 

 

Antoine Motte, architecte pour Urbanmakers, a insisté sur la nécessité d’employer le moins de matière première possible et de privilégier les matériaux à faible bilan carbone car les quantités sur un bâtiment sont très importantes. « Tout ce qu’on peut réduire, on le fait… »

 

 

Joseph Dumoulin, ingénieur environnement-énergie au sein d’EGIS, une société de conseils renommée sur le plan international, a apporté un éclairage sur l’utilité des calculs préliminaires pour quantifier les économies à opérer pour atteindre les objectifs bas-carbone tout en garantissant la solidité et la performance des infrastructures.

 

 

Un assureur engagé a aussi offert son point de vue sur la question. Ainsi Carl Vambert a pu nous informer de l’existence de labels spécifiques qui encadrent désormais les financements en fonction des critères de bonnes pratiques environnementales. Des outils de régulation ou de compensation sont ainsi mis en place pour contribuer chacun à son niveau à un monde plus respectueux de la nature.

 

 

 

Novabuild, le plus grand réseau régional d’entrepreneurs engagés dans une démarche vertueuse au sein de la filière du bâtiment a ainsi pu exprimer sa vision par la voix de son nouveau président, Jérôme Le Gall : «  Nos 400 adhérents promeuvent l’éco-construction, chacun à leur manière en élaborant des bâtiments plus vertueux, décarbonés, résilients. Nous nous revendiquons comme un allié solution-climat en partageant les bonnes pratiques. Nous sommes tous engagés dans cette dynamique depuis plus de 10 ans. »

 

 

Antoine Barto, spécialiste de la rénovation, a pour sa part ouvert le prisme des enjeux en abordant les usages connexes rattachés aux bâtiments afin de démontrer qu’une bonne étude en amont qui tient compte de critères plus larges permet de prendre des décisions stratégiques ayant un véritable impact positif sur la nature. Ce sont donc tous ces outils que met sa société, ‘’Capteleco’’,  à disposition du maître d’ouvrage pour atteindre les objectifs fixés par les labels vertueux.

 

 

François-Xavier Vendeville a parfaitement illustré la thématique par la présentation de l’association qu’il préside : ‘’ Bois Paille Ingénierie ‘’ en expliquant l’interêt des matériaux à faible impact sur le plan carbone tout en prenant en compte l’ensemble des critères à envisager, y compris dans la vie d’après usage. Ceci aussi a un coût pour la société.

 

 

Sylvaine Grée, responsable d’Ici-là, a abordé la nécessité de travailler en réseau pour mieux atteindre cet objectif commun. Sa conviction est claire, c’est  le partage des bonnes adresses, des professionnels engagés, le soutien aux projets ayant un impact positif : “L’enjeu écologique est absolument énorme. Aujourd’hui, malheureusement l’effondrement de la bio-diversité est certainement le premier des signaux qui nous alerte sur tous les effets du dérèglement climatique.

 

 

Pascale Guiffant a présenté la dynamique instaurée par le réseau professionnel «  Open Lande » qui propose des espaces de travail partagé mais aussi et surtout une culture d’entreprise autour de la préservation de l’environnement. Sa mission est de faire évoluer les consciences vers un vrai beau projet sociétal, utile, durable et  respectueux du cadre de vie. C’est une bouffée d’optimisme qu’elle a distillée et retrouvée en  chacun au cours de cette rencontre résolument positive.

 

 

Alexandre Godard a consacré sa minute cinéma au film, «  Le jour d’après » afin d’illustrer le sujet et d’apporter un souffle narratif par une fiction qui invite à s’auto-responsabiliser face aux enjeux environnementaux qui sont déjà là, au-delà d’un potentiel scénario catastrophe qui ne dit pas encore son nom mais dont on devine déjà les prémices.

 

 

L’ancien président de Novabuild, Laurent Rossez,  a clos cette émission en apportant un regard large sur le sujet en partageant une approche systémique qui prend en compte l’ensemble des facteurs de l’activité humaine au moment de faire les choix les plus écoresponsables. C’est quelque chose qu’il vit au jour le jour chez « AIA Life designers » en utilisant toute une série d’indicateurs de performances comme autant de leviers pour accompagner les porteurs de projets et les conseiller au mieux vers des choix porteurs de sens. Les sources d’optimisation ne sont pas seulement là où on pense…

 

 

Entre bon sens, échanges fructueux et ouverture vers de nouvelles pratiques, cette matinée au coeur d’un chantier aura permis à chacun d’aborder la question du bas carbone en l’appliquant à son domaine de prédilection tout en prenant en compte les contraintes des autres corps de métier présents mais surtout d’apprécier les porteurs de solution.